Église Salvador

Souvent, en voyage on arrive quelque part et c’est vraiment bien. L’architecture, l’espace public, les bâtiments forment un tout agréable. Mais pour prendre une photo, c’est tout le contraire, il y a plein de monde, l’éclairage n’est pas idéal, l’endroit est un peu à l’étroit et, malgré tout, on prend une photo. Fort probablement cette photo deviendra un souvenir numérique inutile plutôt que de devenir une photo « carte postale »!

Par contre, ces contraintes doivent nous forcer à regarder différemment. Par exemple, sur la place de l’église Salvador à Séville, c’était vraiment bondé de monde et les contrastes lumineux entre les zones d’ombres et ensoleillées étaient trop importants pour pouvoir prendre une bonne photo. Soit j’étais surexposé, parce que je priorisais les zones d’ombres où soit j’étais sous-exposé parce que je prenais ma lecture sur les zones éclairées. Bref, impossible de prendre une photo qui rendait justice à cette place et à cette église.

Pour remédier à cette situation, l’une des solutions est de prendre plusieurs photos avec différents réglages, (ce qu’on appelle le bracketting). Ensuite, on fusionne ces mêmes photos avec un logiciel comme Photoshop, ce qui donne une photo HDR. Mais pour utiliser cette méthode, il faut un trépied, ce que je n’amène pas avec moi en voyage.

Une autre solution, plus simple, est de revenir à un autre moment de la journée lorsque l’éclairage est meilleur, idéalement tôt le matin ou en fin de journée. Mais ce n’est pas toujours possible en voyage.

C’est Melissa, ma copine, qui m’a orienté sur l’ombrage porté sur la façade de l’église. Dès ce moment j’ai joué la carte des contrastes. Des fois, il vaut mieux mettre à profit les contraintes! Deux trois réglages et le tour était joué! Voici le résultat.

Church and shadow

La suite des photos de Séville ici.

A+

Benoit D.

Publicités